Aller à : navigation, rechercher

Azerbaïdjan

Azerbaïdjan
Armoiries de l Azerbaïdjan.png
Ratification de la Convention pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : 18 janvier 2007
Élément proclamé chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité et inscrit en 2008 sur la liste représentative
Le mugham azerbaïdjanais (2003-2008)
Éléments inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité
L’art des Ashiqs d’Azerbaïdjan (2009)
Le Novruz, Nowrouz, Nooruz, Navruz, Nauroz, Nevruz (2009)
L’art traditionnel du tissage du tapis azerbaïdjanais en République d’Azerbaïdjan (2010)
La facture et la pratique musicale du tar, instrument à cordes à long manche (2012)
L’art et le symbolisme traditionnels du kelaghayi, fabrication et port de foulards en soie pour les femmes (2014)
L’artisanat du cuivre de Lahidj (2015)
La culture de la fabrication et du partage de pain plat Lavash, Katyrma, Jupka, Yufka (2016)
Élément inscrit sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente
Le Tchovgan, jeu équestre traditionnel pratiqué à dos de chevaux karabakhs en République d’Azerbaïdjan (2013)
Membre du Comité intergouvernemental de sauvegarde du PCI : 2010 - 2014



L'Azerbaïdjan est le soixante-douzième État à avoir ratifié la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI).

La protection du folklore en Azerbaïdjan

L’Azerbaïdjan a adopté le 16 mai 2003 la loi relative à la protection des expressions du folklore de la République de l’Azerbaïdjan[1].

Cette loi ressort davantage du domaine du droit de la propriété intellectuelle que de celui du droit du patrimoine culturel. Cependant la définition des expressions du folklore protégées recouvre en partie la définition du patrimoine culturel immatériel (PCI) retenue par la Convention pour la sauvegarde du PCI:

« les expressions du folklore protégées par cette loi sont les œuvres résultant d’un travail artistique, artisanal ou d’arts appliqués :
  • les cérémonies et le folklore relatif aux enfants, les mythes, les fables, les histoires, les contes, les légendes, les anecdotes, le théâtre folklorique, les :proverbes, les dictons, les énigmes, les œuvres folkloriques et poétiques des ashug, le bayati et les autres expressions orales créatives ;
  • les chants, les danses folkloriques, les mélodies des ashug, des mugam-dastgahs, des zarbi-mugams, des tasnif, associées à la musique professionnelle folklorique et :aux autres types de musiques folkloriques ;
  • les danses folkloriques, le yalli, les jeux, les cérémonies et les fêtes et autres ;
  • les œuvres matérielles des arts appliqués et de l’artisanat, comprenant les peintures, les dessins, les successions d’images, les ombres chinoises, la ferronnerie, la gravure, la sculpture, la céramique, la faïence, la mosaïque, le travail du métal, du cuivre et du bronze, les œuvres résultant de l’élevage des vers à soie, le tissage des tapis, la joaillerie, le travail du cuivre, la vannerie, les expressions du folklore telles que les tapis, les motifs décoratifs, les costumes et ornements, la tracerie, les instruments de musique, le tournage sur bois, l’architecture et autres[2].

Toutefois, l’article 14 de la loi du 16 mai 2003 prévoit que les engagements internationaux de l’Azerbaïdjan prévalent sur ces dispositions.

L'inventaire national du PCI

L’art traditionnel du tissage du tapis azerbaïdjanais en République d’Azerbaïdjan (2010)

Une section dédiée au PCI a été créée en 2009 au sein du ministère de la culture et du tourisme d’Azerbaïdjan. La même année un premier registre du PCI a été établi par le ministère de la culture et du tourisme. Le Bureau de la documentation et de l’inventaire composé d’experts gouvernementaux, de chercheurs et de représentants d’ONG supervise le registre du PCI en Azerbaïdjan et en assure aussi le suivi.

Les éléments du PCI sont inscrits sur propositions des communautés locales, d’organisations non-gouvernementales, de praticiens et des services régionaux du ministère de la culture et du tourisme.

Pour chaque élément, les informations suivantes ont été recueillies :

  • le type d’élément ;
  • ses noms locaux ;
  • les techniques mise en œuvre ;
  • les matériaux utilisés ;
  • les modèles existant ;
  • les finalités et fonction sociale remplies ;
  • les communautés qui les pratiquent.

L’inventaire est mis à jour régulièrement par l’Office de documentation et de l’inventaire. Il se divise en six grandes divisions :

  • fêtes et cérémonies ;
  • espaces culturels ;
  • folklore ;
  • artisanat ;
  • pratiques culinaires nationales ; et
  • savoir-faire et arts du spectacle liés aux instruments de musique azerbaïdjanais.

L'inventaire azerbaïdjanais du PCI a été approuvé par le décret nº218 du Ministre de la Culture et du Tourisme le 28 avril 2010. Il est mis à jour chaque année [3] Le gouvernement a renforcé son action en matière de sauvegarde du PCI grâce à l'adoption d'un programme national de sauvegarde du patrimoine immatériel pour les années 2011-2020.

Annexes

Notes et références

  1. La loi relative à la protection des expressions du folklore de la République de l’Azerbaïdjan du 16 mai 2003
  2. art. 2 de la loi relative à la protection des expressions du folklore de la République de l’Azerbaïdjan du 16 mai 2003
  3. State register of intangible cultural heritage elements of Azerbaijan (en anglais)

Liens externes

L'inventaire azerbaïdjanais du PCI