Aller à : navigation, rechercher

Turquie

Turquie
Armoiries de la Turquie.jpg
Ratification de la Convention pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : 27 mars 2006
Éléments proclamés chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité et inscrits en 2008 sur la liste représentative
Le Sema, cérémonie Mevlevi (2005-2008)
L’art des Meddah, conteurs publics (2003-2008)
Éléments inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité
Le Karagöz (2009)
La tradition Âşıklık (de l’art des trouvères) (2009)
Le festival de lutte à l’huile de Kırkpınar (2010)
Les rencontres traditionnelles Sohbet (2010)
Le Semah, rituel Alevi-Bektaşi (2010)
La tradition cérémonielle du Keşkek (2011)
Les festivités du Mesir Macunu (2012)
La culture et la tradition du café turc (2013)
Ebru, l’art turc du papier marbré (2014)
L'artisanat traditionnel du çini (2016)
Nawrouz, Novruz, Nowrouz, Nowrouz, Nawrouz, Nauryz, Nooruz, Nowruz, Navruz, Nevruz, Nowruz, Navruz (2016)
La culture de la fabrication et du partage de pain plat Lavash, Katyrma, Jupka, Yufka (2016)
Membre du Comité intergouvernemental de sauvegarde du PCI : 2006 - 2010 et 2014 - 2018



La Turquie est la quarante-cinquième État a avoir ratifié le 27 mars 2006 la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI). Elle a adoptée le 19 janvier 2006 la loi nº5448 portant ratification de la Convention pour la sauvegarde du PCI[1]. Dès les années soixante, la Turquie a commencé à constituer des Archives du folklore. Les données étaient recueillies par des ethnologues et des anthropologues sous le contrôle du ministère de la Culture et du tourisme. Certains de ces registres ont été intégrés dans l’inventaire national du PCI.

L'inventaire national du PCI en Turquie

La culture et la tradition du café turc
crédits Chevalier Auguste de Henikstein (Romanian Academy Library, via europeana.eu) [Public domain], via Wikimedia Commons
La Direction générale de la recherche et de la formation placée sous l’autorité du ministère de la Culture et du tourisme est compétente pour mettre en œuvre la Convention pour la sauvegarde du PCI en Turquie. Elle est chargée du processus d’inventaire du PCI de la Turquie. Une division PCI a été formée en 2008 au sein de la Direction générale de la recherche et de la formation. En 2011, elle est devenue le département du PCI turc.

La Turquie a établi deux inventaires associés au PCI :

  • l’inventaire national du PCI ;
  • l’inventaire national des Trésors humains vivants de Turquie.

L'inventaire national du PCI

L’inventaire national du PCI présent sur le territoire de la Turquie a été élaboré selon une approche ascendante et territoriale. Cette approche permet d’associer les communautés, les autorités et les organisations non gouvernementales locales. L’inventaire national du PCI est organisé selon le domaine de l’élément et sa division administrative d’origine.

Les Conseils locaux du PCI, implantés dans chaque unité administrative de la Turquie, recensent le PCI local. L’intégralité du territoire a été couvert ; des inventaires locaux du PCI ont été dressés par les Conseils locaux du PCI avec la participation des communautés. Des chercheurs locaux identifient les éléments du PCI avec la coopération des détenteurs du PCI.

Un organe consultatif composé d’universitaires, de chercheurs et de représentants d’ONG placé sous les auspices du ministère de la Culture et du tourisme : la Commission d’experts du PCI, assiste le processus d’inventaire.

Depuis 2008, les Conseils locaux du PCI rédigent les formulaires relatifs à l’inscription d’éléments du PCI et aux candidatures pour l’obtention du titre de Trésor vivant de Turquie.

Les formulaires remplis par les porteurs de PCI sont soumis au ministère de la Culture et du tourisme. La Commission des experts procède à l’évaluation des demandes et émet des recommandations destinées à la Direction générale de la recherche et de la formation. Cette dernière étudie les demandes. Enfin, les listes préliminaires sont soumises au ministère de la Culture et du tourisme qui approuve l’inscription des éléments ou l’attribution du titre trésors vivants de Turquie.

Les critères pour une inscription sur l’inventaire national du PCI sont :

  • l’enracinement de l’élément dans les traditions culturelles des communautés, groupes et individus de Turquie. Il doit être représentatif de la créativité de la Culture turque et de la tradition des communautés, groupes et individus ;
  • l’élément est transmis de génération en génération par les voies traditionnelles ;
  • l’élément « joue un rôle dans la promotion de l’identification culturelle nationale ou locale en renforçant la cohésion sociale, la solidarité et la stabilité sociale »;
  • des menaces de disparition pèsent sur l’élément en raison des transformations sociales ou de l’absence de mesure de sauvegarde ;
  • l’élément est « reconnu par les communautés comme une expression de leur identité et défini comme représentatif de leur PCI » ;
  • l’élément est « compatible avec les instruments internationaux existants relatifs aux droits de l’homme ainsi qu’à l’exigence de respect mutuel entre les communautés, groupes et individus » ;
  • la présence de l’élément dans l’inventaire respecte les pratiques coutumières régissant « l’accès à des aspects spécifiques » du patrimoine donné.

Les programme des trésors vivants de Turquie

Le programme des trésors vivants de Turquie a été initié en 2008. L’attribution du titre de trésors vivants de Turquie correspond à une reconnaissance publique et officielle.

Les lauréats sont classés selon le(s) domaine(s) du PCI auquel ils se rattachent :

  • les traditions et les expressions orales ;
  • les arts du spectacle ;
  • les pratiques sociales, les rituels et les événements festifs ;
  • les connaissances et les pratiques concernant la nature et l’univers ;
  • l’artisanat traditionnel.

Une cérémonie officielle est organisée lors de la remise du prix et du diplôme de Trésor vivant de Turquie.

Les critères d’attribution du titre des Trésors vivants de Turquie sont :

  • « l’excellence dans l’application pratique des connaissances ;
  • [une] forte implication de la personne ou du groupe dans son domaine de spécialité ;
  • [l’]aptitude de la personne ou du groupe à développer ses connaissances et savoir-faire – [l’]aptitude de la personne ou du groupe à transmettre ses connaissances et savoir-faire à des apprentis (ce critère requiert au moins un apprenti) ;
  • [l’]aptitude de la personne ou du groupe à conserver sa maîtrise pendant dix ans (au moins) ;
  • [l’]exclusivité dans le domaine du PCI »[2].

Le ministère de la Culture et du tourisme et les autorités locales soutiennent financièrement et techniquement les éléments inscrits dans les deux inventaires. Les inventaires sont mis à jour une fois par an. La Direction générale de la recherche et de la formation, avec la collaboration de la Commission d’experts du PCI, peut décider de retirer un élément de l’inventaire national du PCI ou de déchoir une personne du titre de Trésor vivant de Turquie.

L'action de la Fondation culturelle turque

La Fondation culturelle turque, une association caritative américaine fondée en l’an 2000, a comme objet la préservation et la promotion du patrimoine culturel turque. Elle joue un rôle important en matière de sauvegarde du PCI. Elle a inauguré en ligne un portail de la culture turque, de la musique turque et de la cuisine turque.

Elle a financé le Centre des arts culinaires (YESAM). Le Centre YESAM conduit des recherches sur le patrimoine culinaire turque. Il les documente. Il a aussi développé des modèles éducatifs pour transmettre les traditions culinaires turques d’une génération à l’autre. La Fondation culturelle turque a aussi publié un dictionnaire de la musique turque, créé une collection des teintures à base de plantes et insectes et édité un DVD sur le Théâtre d’ombres traditionnel turc : Karagöz. Elle a soutenu la XIe conférence internationale du tapis d’Orient.

Annexes

Notes et références

  1. Loi nº544819 janvier 2006]
  2. Ibid. p. 8

Bibliographie

Liens externes